«Il n’y a pas qu’une seule RSE gagnante»
11.09.2015

HOMO

HOMO

Pour la cinquième saison, le cycle de formation de l’INDR dédié à la responsabilité sociale des entreprises fera sa rentrée le 7 octobre. Le programme, riche de cinq dates, fait la part belle au partage d’expériences et passe en revue tous les piliers de la RSE: gouvernance, stratégie, RH et environnement.

Réalisé en collaboration avec la Luxembourg School for Commerce, le cycle de cinq modules suit les enseignements du Guide «Entreprise socialement responsable», lui-même rédigé par l’Institut national pour le développement durable et la responsabilité sociale des entreprises sur base des bonnes pratiques internationales. Condensé et complet, le programme, qui a lieu deux fois par an depuis 2013, se terminera début décembre. Son objectif central est de donner un avant-goût de ce qu’est la RSE et de comment elle peut être pensée au quotidien.

Madame Haessler, à qui s’adresse votre cycle de formation?

«Il vise toute personne intéressée par la RSE sous toutes ses formes. Beaucoup de gens se penchent sur le sujet, mais ne savent pas comment formaliser leur réflexion ni par quoi commencer pour construire leur stratégie. Dans la pratique, nous avons fréquemment des profils d’encadrants, DRH, responsables communication, spécialistes marketing… Souvent, la personne représentée reflète le département qui pousse la stratégie RSE dans l’entreprise. La première journée de sensibilisation du 7 octobre, qui se déroulera sur huit heures, est gratuite et ouverte à tous. En salle informatique, les participants seront invités à s’autoévaluer en se créant un compte sur notre site esr.lu. Près de 126 thématiques seront passées en revue. Chacun recevra un score à la fin de la journée afin de pouvoir situer le degré de maturité de leur démarche. Toujours dans une optique d’ouverture au plus grand nombre, pour les quatre autres sessions d’un demi-jour, les frais d’inscription de 120 euros/atelier restent modiques.

Comment le programme a-t-il été conçu?

«Nous l’avons voulu accessible à tout type d’entreprises et secteurs d’activité. L’ensemble des cours est axé sur notre Guide ESR gratuit et téléchargeable en ligne. Conçu en collaboration avec les grands acteurs nationaux du secteur, cet ouvrage ambitionne de montrer comment la RSE crée de la valeur pour l’organisation elle-même, tout en préservant la société dans laquelle elle s’insère. Chaque date est ainsi dédiée à l’approfondissement d’un chapitre. Le 11 novembre, par exemple, le troisième rendez-vous sera consacré à la gouvernance et à la gestion responsable des parties prenantes. En organisant des sessions thématiques, l’idée est aussi que les gens puissent assister uniquement aux présentations importantes pour leur entreprise. C’est aussi la raison pour laquelle nous les maintenons sur une demi-journée afin que tout le monde puisse se libérer. Nous avons, à chaque fois, un grand mélange de problématiques, d’activités et de tailles d’organisation, c’est ce qui rend les échanges intéressants.

Quels peuvent être les facteurs de succès quand on souhaite démarrer une politique RSE?

«La RSE balaye tout dans l’entreprise. Le plus important est d’inscrire sa démarche dans une stratégie globale, ainsi que dans une optique de long terme. Elle ne peut pas seulement être portée par un département isolé. Il n’y a pas une seule RSE gagnante, à chacun de trouver les axes qui ont du sens dans leur métier. Il faut pouvoir se poser les bonnes questions. Du côté des employés, ce sont souvent des petites choses qui rendent la vie plus agréable. Par exemple, une participation aux abonnements sportifs ou un temps de travail allégé. Enfin, il est essentiel de mesurer les progrès effectués».

Show Buttons
Hide Buttons